Association pour la dépénalisation universelle de l’homosexualité

68 pays sanctionnent encore l’homosexualité, dont 11 de la peine de mort. Cette pénalisation s’accompagne trop souvent de violations des droits fondamentaux : absence de liberté d’expression et d’association, absence d’accès à la justice, arrestations arbitraires, actes de torture… Il est urgent que cela s’arrête.

AdhérezFaites un don

Conférence : Vers une dépénalisation universelle de l’homosexualité

Plusieurs exemples récents montrent que la dépénalisation peut être obtenue devant les tribunaux nationaux et les cours supranationales en s’appuyant sur les chartes de droits fondamentaux. La nomination récente d’un expert indépendant de l’ONU sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre et d’un ambassadeur français aux droits LGBT+ renouvelle par ailleurs les perspectives diplomatiques bilatérales et multilatérales de dépénalisation de l’homosexualité.

Nos actions

L’Association pour la dépénalisation universelle de l’homosexualité (ADUH) réunit des acteurs associatifs et des personnalités LGBT afin de dépénaliser l’homosexualité partout dans le monde.

L’ADUH met en œuvre une double stratégie

Nous finançons les frais d'avocats des personnes poursuivies en raison de leur homosexualité

L’histoire récente montre que la dépénalisation de l’homosexualité peut être acquise devant le tribunaux. En Europe, en Inde et aux Etats-Unis, des décisions de justice ont interdit aux Etats de pénaliser les relations entre personnes de mêmes sexes. Ce même combat doit être mené partout où l’homosexualité est pénalisée. Voilà pourquoi notre association prend en charge les frais d’avocats des personnes poursuivies en raison de leur orientation sexuelle et leur fournit les arguments juridiques visant à dépénaliser l’homosexualité.

Nous mettons à disposition une documentation gratuite pour exiger la dépénalisation de l'homosexualité

Nous fournissons une documentation contenant les arguments essentiels pour exiger la dépénalisation de l’homosexualité et le respect de droits des personnes LGBT. La plupart des Etats pénalisant l’homosexualité ont en effet ratifié des chartes de droits fondamnetaux interdisant de sanctionner les relations homosexuelles. En Afrique notamment, 32 Etats pénalisant l’homosexualité ont ratifié la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, qui protège la liberté individuelle et interdit les arrestations arbitraires sur la base de l’orientation sexuelle.

Notre manifeste

La pénalisation de l’homosexualité constitue un crime contre l’humanité au sens du Statut de Rome instituant la Cour pénale internationale.

Dans les pays où l’homosexualité est pénalisée, les homosexuels sont pourchassés par les autorités étatiques en vue de leur emprisonnement. Ils subissent des arrestations arbitraires, suivies le plus souvent de détention dans des conditions inhumaines. 

La pénalisation de l’homosexualité légitime également les violences sociales subies par les homosexuels. Lorsque leur homosexualité est découverte par leur famille ou leurs proches, les hommes subissent couramment des lynchages et les femmes des viols correctifs. Rejetés par leur communauté, ils doivent fuir. Sans travail ni famille, ils éprouvent de grandes difficultés à se réinsérer socialement.

C’est pour en finir avec ces persécutions que notre association exige la dépénalisation universelle et immédiate de l’homosexualité.
 

 

Fondateurs

Abdou DIOUM, secrétaire général

Abdou DIOUM est président d’une organisation LGBT sénégalaise comptant plus de 800 membres et disposant d’un refuge pour les personnes rejetées par leur famille. Il a été plusieurs fois victime d’arrestation et de mauvais traitements par l’Etat du Sénégal en raison de ses engagements. Il milite désormais pour le respect des droits des personnes LGBT et la dépénalisation universelle de l’homosexualité.

Étienne DESHOULIÈRES, président

Etienne Deshoulières est avocat au Barreau de Paris. Il milite depuis plus de 20 ans pour des droits des personnes LGBT. Son cabinet a engagé près de 200 actions devant les tribunaux français et européens afin de faire sanctionner des actes homophobes et transphobes. Il est désormais engagé auprès d’associations LGBT africaines, avec qui il poursuit un but commun : la dépénalisation universelle de l’homosexualité. 

Terrence KHATCHADOURIAN, chargé de plaidoiyer

Terrence Katchadourian milite pour les droits humains entre l’Afrique et l’Europe depuis plus de 20 ans. Il a notamment cofondé l’association STOP homophobie dont il est actuellement secrétaire générale. Il soutient par ses actions en faveur des personnes LGBT l’objectif d’une dépénalisation universelle de l’homosexualité.

Nos membres

Adefho logo